La raison de mon absence !

Cela fait plusieurs mois que je n’ai rien publié, ni ici, ni sur les réseaux sociaux.

La raison ?

Cette femme…

Ma maman Gisèle, décédée le 8 novembre 2018 à l’âge de 55 ans, des suites d’un cancer du côlon, qui l’a ravagé.

Depuis sa mort, une partie de moi s’en est allée. Je n’ai plus goût à rien, j’ai perdu mon sourire.

La mort de ma maman a été tellement violente pour moi. Je ne m’y attendais pas ! En juin 2018, j’apprenais de la bouche de son médecin qu’elle était condamnée (elle n’avait pas la force de me le dire elle-même). En novembre, elle décédait.

J’ai sollicité l’avis de 3 autres médecins. Je ne voulais pas la laisser partir sans me battre. Mais rien n’y a fait, la maladie a eu raison d’elle.

Je n’y étais pas préparée (non vraiment pas). Et puis de toute façon, comment peut-on se préparer à la perte d’un être cher et surtout quand cet être, c’est ta maman. La personne qui t’a donné la vie et qui a fait de toi ce que tu es aujourd’hui. Hein ? Comment ?

Sa mort m’a dévastée.

Une blessure ouverte, qui n’a pas encore cicatrisée et qui sans doute, ne se refermera jamais. Sept mois après, la douleur est toujours là !

Le cancer, c’est vraiment une saloperie !!!

Ma maman a trop souffert. Ce n’était pas humain !

Maman, tu n’as pas eu une belle mort. Tu as agonisé jusqu’au bout. J’aurai tellement préféré que tu t’éteignes dans ton sommeil et que tu partes paisiblement, mais il n’en fut rien, loin de là. Ce qui me console, c’est qu’au moins, tu ne souffres plus. Je remercie Dieu d’avoir été la seule avec papa à assister à ça. Heureusement les autres ont été épargnés de tout ça. Ils n’auraient pas supporté. Je ne le supporte pas moi-même…

Je ne me peux pas m’empêcher de penser à cette journée du 8 novembre 2018. Ça tourne en boucle dans ma tête.

Je suis allée au travail (comme d’habitude), j’étais à l’ouest (comme d’habitude).

Mon chef s’étonne de me voir là. Je lui demande pourquoi. J’étais censée être en formation sur Paris, et donc très loin du domicile de mes parents. J’avais complètement oublié cette formation. Ça m’était complètement sorti de l’esprit (Dieu a bien fait les choses).

Une demi-heure plus tard, mon père m’appelle en panique, me disant de me dépêcher de venir chez eux et d’appeler le médecin car ma maman était mal depuis la nuit (c’est moi qui gérait les rendez-vous chez l’oncologue). J’ai quitté le boulot tellement en panique que mes collègues ne craignaient que je n’ai un accident.

J’étais à mille lieues de penser que c’était la dernière fois que je la verrai.

J’avais vécu cette situation de nombreuses fois (ma mère enchaînait les hospitalisations depuis le mois d’août). Je me suis dit, elle va aller aux urgences et elle reviendra à la maison, comme d’hab’ !

Elle n’est malheureusement, jamais rentrée des urgences…

 

Ce qui me console un peu, c’est que j’ai pu être là pour elle. Même si au final, c’est elle qui a été là pour moi et qui m’a consolé ! Elle m’a dit: « soit courageuse ma fille, ça va allez ».

Oui, c’est ça une maman, ça prend soin de ses enfants même quand ça va pas.

Mais comment vais-je faire désormais…sans toi ? Maman, je ne suis pas courageuse. La femme courageuse, c’était toi.

Tu as su rester forte et digne malgré la douleur (et Dieu sait à quel point tu souffrais).

Tu ne te plaignais pas, tu ne voulais pas d’abrutir d’anti-douleurs. Tu te forçais à manger, même quand il était difficile pour toi, d’avaler quoi que ce soit.

Tu as fait preuve d’un tel courage ! Je suis tellement fière de t’avoir eu comme maman. Tu seras toujours un modèle pour moi.

Je ne suis pas du genre à m’épancher sur mes sentiments (non vraiment pas) et encore moins sur les réseaux sociaux (par pudeur sans doute). Mais la mort de ma maman m’a vraiment traumatisé.

Ça m’a tellement traumatisé que j’ai fait une pelade. J’ai perdu mes cheveux par paquets et ai eu de Très fortes démangeaisons du cuir chevelu. 

Je me grattais à me faire saigner…

J’ai toujours un énorme trou sur la tête, (d’ailleurs je porte des foulards pour cacher la misère). Mais heureusement mes cheveux repoussent petit à petit…

Je deviendrais chauve, sans la moindre hésitation si ça pouvait me ramener ma mère…

 

Je ne suis pour l’instant pas prête à montrer ma tête sur les réseaux sociaux, la blessure est encore trop forte. Je pleure, dès que je mets à parler de ma mère. Je voulais juste vous expliquer les raisons de mon absence. Car certaines se sont inquiétées de mon absence (ce qui me touche énormément).

 

Depuis la mort de maman, je suis partagée entre la tristesse et la joie.

Je suis triste car ma maman, le pilier de la famille, mon modèle, s’en est allée.

Je suis triste pour le vide que son absence va laisser dans nos vies.

Triste, car elle est partie bien trop tôt.

Je suis également triste pour ma petite soeur Andréa qui n’aura pas la chance de grandir avec sa maman auprès d’elle. Triste, car à 13 ans, elle a due être confronté à la maladie et à la mort.

Je suis triste, certes, mais je suis également heureuse.

Heureuse, car aujourd’hui, maman ne souffre plus.

Heureuse, car maman a obtenue sa place auprès de Dieu.

Heureuse, car elle est désormais en paix.

Maman, aujourd’hui tu n’es plus là physiquement mais tu seras toujours présente dans mon coeur.

Veilles sur nous depuis le ciel et donnes nous ta force pour que Papa, Valo, Diorzelle, Alain, Andréa et moi, puissions continuer à vivre sans toi.

On se retrouvera au paradis, Maman.

Tu as tellement fait pour beaucoup de monde, il est temps de te reposer.

Que ton âme reposes en paix, Maman.

Je t’aimerai (toute ma vie !).

Gisèle N’GAMBA
1963-2018
Partager cet article :Share on LinkedIn
Linkedin
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest

22 commentaires sur “La raison de mon absence !

  1. Oh Deltrey c’est avec une immense peine que j’ai lu ces belles paroles. Oui de bien jolis mots pour parler de ta maman … elle peut être fière de toi, tu ne pouvais malheureusement pas faire plus que ce que tu as fait… l’accompagner, la soutenir, être présenté Jusqu au bout … sincères condoléances à toi et ta famille …
    Et beaucoup de courage ❤
    Ariane

  2. Je t envoie toute la force et le courage qu il m a fallu pour revenir à la vie (qui n est plus jamais pareil) à la suite de la mort subite de mon père… Le chemin est long…Je te souhaite de trouver la paix et que les souvenirs te portent ainsi que ala force dont elle a fait preuve…. Je t embrasse prend soin de toi. Aurelie

  3. Deltrey, c’est curieux j’ai pensé à toi il y a quelques jours, et là, je vois ce mail de retour…. Je n’ai pas osé t’envoyer un message (c’est complètement idiot) et je m’en veux du coup. Je pense bien fort à toi, j’ai vécu la même chose il y a un an et demi avec mon papa. On n’est jamais préparé à ce genre de choses.
    Je te souhaite plein de courage à toi et ta famille et t’embrasse
    flo

  4. Oh ma pauvre, je suis de tout cœur avec toi!!!!
    Tes mots m’ont tellement émue, j’aurais aimé avoir une maman comme la tienne.
    Je suis sûre qu’elle a trouvé une belle place au Paradis et qu’elle est apaisée et fière de vous.
    bises

  5. p’tain j’suis pas bien. J’ai lu et des larmes me sont monté aux yeux, j’ai perdu moi aussi ma maman et plus récemment mon père, je n’ai plus de frère qui lui aussi a été emporté par la maladie. Je me joins à ta peine et ferais une prière pour ta mère.
    Mes sincères condoléances

    • Bonjour Sylvie,
      Je te transmets à mon tour mes condoléances. Ca a dû être horrible pour toi, je n’imagine même pas la douleur que ça a été.
      Merci pour ta prière, je prierai aussi pour l’âme de tes proches.

  6. Ton article m’a beaucoup beaucoup ému, les mots résonnent encore dans ma tête.
    Je ne sais pas quoi te dire , si ce n’est courage, la souffrance est terrible , je le sais, mais pense au positif, ta maman ne souffre plus et veille sur toi et ta famille.
    La perte de mes parents qui remonte à 13 ans pour ma maman et 2 ans pour mon papa, c’est encore difficile pour moi de vivre sans eux, étant enfant unique, je me sens terriblement seule.
    Je t’embrasse très fort, et je t’envoie beaucoup de force et de courage.

    • Merci beaucoup Nina,
      Tes mots me réconfortent beaucoup.
      Parfois, j’ai l’impression que les gens autour de moi ne me comprennent pas. Pour eux la vie doit continuer mais c’est facile à dire.
      Je n’imagine même pas ce que ça doit être pour toi. Moi au moins, j’ai encore mon papa, j’ai mes frères et soeurs.
      Mais même en étant très entouré, on peut parfois se sentir terriblement seul.
      Gros bisous

  7. Oh ma belle, je suis si triste pour toi… Tu lui ressembles beaucoup à ta jolie maman et je suis sûre qu’elle doit être très fière de toi. C’est une immense tristesse que tu dois ressentir. Je te transmets mes sincères condoléances ainsi qu’à ta famille. Gros bisous ma belle ❤️

  8. Coucou ma belle, je suis tellement triste pour toi. C’est tellement dur ces moments. je n’ose même pas y penser…Le temps pansera ces blessures, même si le manque sera toujours la. Maintenant, elle veille sur toi des nuages. Sois forte et toutes mes pensées t’accompagnent, je t’embrasse fort ❤️

  9. Cc toute mes condoleance meme moi ou je travail a lecole 8l y a un petit de mon ecole il a perdu sa maman un cancer c tellement trise courage hyn c pour sa il faut faut profiter de chaque instan avec sa famille et sonenyourage amis ect on c jamai pourquoi se faire la guerre se prendre la tete

  10. De tout cœur toutes mes condoléances. Une maman c’est important, je mesure ô combien ta perte est difficile malheureusement lorsque l’on perd un parent on ne cicatrise jamais, on vis avec…
    Je suis sure que de la haut elle te protège et veille sur toi. Je te souhaite plein de courage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.